Céline : A la lecture du test de grossesse, je me suis sentie surprise et démunie.

Première fois, pour moi, d’être confrontée à l’avortement. Le choix pour nous (moi et Z) était clair : l’IVG.

J’ai tout de suite appelé le planning familial par l’intermédiaire d’une amie et ai été reçue dans la journée. Un accueil qui reste important à mes yeux.

J’étais perdue, sensations d’angoisses sur les démarches à suivre, le temps que j’avais, des questions pratiques, sans compter les hormones qui s’en mêlent et qui ne rendent pas du tout la tête disponible.

Une interlocutrice très à l’écoute, disponible qui à su m’expliquer, m’écouter, me donner des renseignements concrets. J’ai pu aussi décharger, exprimer mes ressentis sans me sentir jugée sur mon choix.

Je me suis sentie bien accompagnée et aussi Z puisqu’il a pu se sentir soutenu et légitime de prendre son rôle dans l’accompagnement.

Avec Z nous avons pu reparler de la décision puisque nous avions le temps et nous avons pu choisir le moyen abortif.

Le parcours médical me semble bien soutenant, entre le médecin (et sa secrétaire : qui est un aussi un maillon de la chaine) et l’échographe.

Même un rdv auprès d’un.e psy nous a été conseillé comme pour exprimer encore et encore ce que l’on ressent. C’est très bien puisque ça nous pousse à chercher ses émotions, ses sentiments par rapport à l’acte et les répercussions dans le présent, l’avenir et le passé.

Nous avons été très bien accompagnés car nous avons eu de bons contacts. Ceci par l’intermédiaire du Planning familial qui a fait un beau travail de collecte de contacts professionnels avec le sens du contact, de bienveillance et d’écoute sans jugement.

Publications similaires