Simone Veil projet de loi IVG
Simone Veil est une femme politique française, elle a été plusieurs fois ministre ainsi que membre du Conseil constitutionnel et de l’Académie française. En ce jour d’anniversaire de la loi Veil, IVG-Contraception-Sexualités propose un retour sur les événements marquants de sa vie et les combats qu’elle a mené.

5 choses à savoir sur Simone Veil

1. Elle est rescapée des camps de concentration.

Simone Veil (née Jacob) issue d’une famille juive. A 16 ans, elle est envoyée dans un camp de concentration avec sa sœur et sa mère qui décédera dans ce camp. Simone Veil reviendra vivante avec sa sœur.

2. Elle mène un combat pour les conditions de détention

Une fois sauvée des camps de concentration, Simone Jacob fonde une famille avec Antoine Veil, dont elle prend le nom, puis débute une carrière dans la magistrature. Elle deviendra alors inspectrice de l’état des prisons où elle mènera un combat pour défendre les conditions décentes de détention.

3. Elle occupe le poste de ministre de la santé et dépénalise le droit à l’avortement

Simone Veil est nommée ministre de la Santé en 1974 par le président Valéry Giscard d’Estaing. Elle est chargée de présenter au parlement la loi sur l’IVG. Elle va alors se lancer dans une lutte pour dépénaliser l’avortement. Adoptée le 17 janvier 1975, la « loi Veil » dépénalise les femmes lorsqu’elles interrompent volontairement leur grossesse

4. Elle est la première femme à présider le parlement européen de 1979 à 1982

Le 17 juillet 1979, elle est élue présidente du Parlement européen au troisième tour. Simone Veil œuvre pour la réconciliation avec l’Allemagne. À cette époque, le Parlement européen a peu de pouvoirs, mais Simone Veil lui donne plus de visibilité dans le domaine des droits humains en soutenant la proposition d’Yvette Roudy de créer une Commission des droits des femmes.

5. Membre de l’Académie Française

Le 18 mars 2010, la cérémonie de réception se déroule en présence du président de la République Nicolas Sarkozy, protecteur de l’Académie, et de ses prédécesseurs Valéry Giscard d’Estaing (membre de l’Académie française depuis 2003) et Jacques Chirac. Lors de la cérémonie, des militant.e.s anti-IVG ont protesté à proximité de l’Institut de France

Extrait du discours de Simone Veil sur l’IVG à l’Assemblée Nationale 

Publications similaires